Tzimelblog

Accueil » Posts tagged 'Eliezer Berland'

Archives de Tag: Eliezer Berland

Publicités

On prend les mêmes et on recommence

Le Gerrer, Berland, Metzger

Le Gerrer rebbe, Berland, Metzger

Vous vous demandiez surement ce que deviennent ces trois habitués des chroniques journalistiques de la presse juive, petite mise à jour en guise de rattrapage au cas où vous auriez raté le coche :

  • Le rabbi de Gour : pendant que son épouse demande aux mariées de ne pas retirer le voile après la ‘houpa, et ce jusqu’au heder yihoud (si vous ne comprenez pas, vous avez surement dans la famille un religieux qui vous expliquera), pour une raison que vous avez déjà deviné: le Shmoulik au 4è rang est tout en émoi en découvrant que le fils de son voisin a épousé une bombe, quand lui tous les vendredis soir avale son gefiltefish en face de sa belle-fille qui, à 24 ans, ressemble déjà à sa femme. Pendant ce temps là, le rabbi, 3è fortune rabbinique d’Israël,  compte ses sous. Il y a une quinzaine de jours, il a emmené un groupe choisi de ses hassidim passer, en sa compagnie, des vacances en Grèce, la facture qui s’est comptée en centaine de milliers d’euros payée par le contribuable Gour, a fait bondir certains donateurs, et après plusieurs jours de polémique interne, le rabbi se serait engagé à tout rembourser de sa poche, de la Rolls-Royce à la villa privée; vu le montant qu’il ne veut pas voir peser en ces temps de crise sur les finances de la hassidouth, on lui conseille pour ses prochaines vacances, une petite maison de pêcheur dans les Côtes d’Armor. La Bretagne et ses plages désertes, serait surement, ces jours-ci, une très bonne idée, pour y faire couler incognito celui qui s’est barré avec cinq millions de dollars appartenant à la shoul.
  • Eliezer Berland : l’air du Zimbabwe lui fait le plus grand bien, le fait que ce pays ne soit pas une démocratie ne fait qu’arranger ses affaires, et ça y est, pépé le Berland est plein de projets, installation de sa cours hassidique Breslev, syna, etc… Et puis il faut dire que quand on est un blanc dans un pays d’Afrique noire très très pauvre, on se sent toujours un peu comme un petit roi qui peut tout se permettre, d’autant plus que les DSK et compagnie ont fait flamber le prix du mètre carré à Marrakech (son ancien lieu de fuite): un scandale! Le Zimbabwe c’est quand même plus abordable, et la zimbabwéenne moins fière que la marocaine.
  • Yona Metzger : en cabane pour des histoire de gros sous, les journalistes israéliens ont mis au jour, entre autres indélicatesses, tout un système de pots-de-vins, permettant de convertir et marier qui le voulait, sorte de mariage-pour-tous à la sauce clan des siciliens. Metz-Ger de son côté semblerait vouloir se mettre à table, et balance sur ses copains rabbins sur le mode « bah quoi, on est plein à faire pareil »; ça doit en faire trembler certains. Ces mêmes « certains », qui doivent se dire qu’un petit miracle en période hanouka ne serait pas de trop: un suicide par exemple, ça fera surement l’affaire.
Publicités

Berland & The Wailers

Pépélb

On n’en peut plus de suivre la tournée, en jet privé s’il vous plait, du breslev errant, Eliezer Berland. Après avoir quitté le Maroc, passé shabbat dernier à Johannesburg, pépé le berland opterait donc pour le Zimbabwe, patrie du dictateur Robert Mugabe, qui avait déclaré en 2003 « Hitler avait un seul objectif : la justice pour son peuple, la souveraineté pour son peuple, la reconnaissance de l’indépendance de son peuple et ses droits sur ses ressources. Si cela c’est Hitler, laissez-moi être le décuple de Hitler ».

A ce train là, on le retrouvera bientôt au théâtre de la main d’or dans le spectacle « j’ai fait l’con ».

Sur ce on vous laisse en musique…

Catch me if you can

berland

Le rav Berland, en fuite de la justice israélienne depuis près d’un an, réfugié au Maroc avec plusieurs dizaines de ses hassidim, doit probablement se chercher un nouveau point de chute. Nous avions déjà évoqué les mœurs, assez spéciales, du vieux rav breslev, mais nous le devinions presque, les marocains commencent à se lasser de sa présence. Il a ainsi fait l’objet d’un article dans la presse marocaine, enjoignant le roi Mohamed VI de l’expulser du royaume chérifien. Bref, ça chauffe au derrière de pépé le berland, ses hassidim disent tehilim, et se demandent où atterrira le premier breslev errant de l’histoire. Nous ne conseillons pas le Brésil, auquel avaient-ils pensé avant le Maroc, vu ses penchants il risque de finir avec João, alias chouchou de la place brasilia. L’Asie, pas mieux, il y en a déjà trop comme lui. Et pourquoi pas la France? On est bien habitué à voir défiler dans nos shouls des admourim de deuxième catégorie, qui avec la bénédiction de nos rabbins orthodoxes parisiens, viennent taper aux portefeuilles des séfarades naïfs, et des ashkénazes sans cervelle. En gros si vous avez aimé le rav dealer de schnouf, le rav échangiste, ou le petit admour qui vous prédit l’avenir (toute ressemblance avec des personnages réels n’est absolument pas fortuite), faites une haie d’honneur et activez vous, Berland risque de vous échapper.

Détournement de mineurs

berland

Le « rav » Eliezer Berland, est le chef d’un des grands mouvements de Bretslev appelé Shouvou Banim. Ce dernier est depuis de nombreux mois réfugié au Maroc, car recherché par la justice israélienne pour de sombres histoires de mœurs. Il avait en effet décidé de montrer à de jeunes femmes, le côté funky du monde de atsilout (ou dans ses propres termes pour les hébraïsants : אשׁרי שׁזכיתה לראוֹת אותי בּעוֹלם האצילוּת).
Ce joyeux, quoique décati, nahmanisant, a été suivi dans son exil par une centaine de personnes, dont de jeunes hommes. Nous pouvons d’ailleurs leurs souhaiter un grand mazel tov, puisque deux d’entre eux viennent de se fiancer; l’un âgé de 18 ans avec une jeune fille, désignée par le maître comme sa « femme », et le second de vingt ans avec une plus jeune fille, également bretslev, qui avait suivi le départ au Maroc, et âgée d’à peine quatorze ans et demi.
On se demande bien sur que font les parents, ou comme le disait si bien Laurent Fabius à propos de la candidature à la présidentielle de Ségolène Royal, en 2007 : « mais qui va garder les enfants?! ». T’inquiètes pas Fafa, pépé le berland s’occupe de tout, même si au vu de certains évènements récents survenus au Maroc, il ferait mieux de rester concentré sur son annonement des likoutei moharan.

%d blogueurs aiment cette page :