Tzimelblog

Accueil » Israël

Archives de Catégorie: Israël

Publicités

Un primitif s’est échappé de Tunisie

.

Rav Meir Mazouz, le chef spirituel -d’origine tunisienne- du parti nouvellement fondé Ha’am Itanu et l’un des leader rabbinique du judaïsme séfarade orthodoxe, a dit à l’un des ses élèves que les Juifs séfarades ont été épargnés par l’holocauste parce qu’ils ont étudié la Torah, rapporte Ynet dans un article, citant un livre de responsa de Mazouz.
Répondant à une question de savoir si l’éducation ashkénaze est mieux que l’éducation séfarade, Mazouz a dit: « Pourquoi l’holocauste a quasiment épargné les Juifs séfarades? c’est le résultat de l’éducation dans la sainte Torah … « .

Noël est encore assez proche pour offrir à ce sauvage quelques livres d’Histoire.

Publicités

L’exercice de la démocratie dans l’état d’Israël est un spectacle comique

10341447_492928787473588_6513417457435377927_n

Si les politiques et les journalistes ont pour habitude de commenter les décisions -somme toute- symboliques, comme la construction de logements dans des quartiers où ne voudrait pas vivre le Palestinien moyen (trop moche, trop de juifs) ou les fanfaronnades de Bibi Netanyahou, c’est qu’ils omettent par ignorance de se souvenir que ce petit pays du proche-orient, tient plus dudit orient que de la proximité avec l’occident.

À ce titre, la vie politique, locale ou nationale, y ressemble plus au souk un jour de grande affluence qu’aux débats policés du mercredi après-midi sur France 3.

On commence chez les haredim -ultraorthodoxes- où le conseil municipal de Elad a des airs de dispute synagogal.

À la Knesset, c’est plus chaud; le député du parti arabe Balad, Zahalka, traite le faucon du Likoud Feiglin de facho, qui s’empresse de lui montrer de suite qui est le plus démocrate des deux.

À ce stade de clownerie, même la chaîne parlementaire propose son bêtisier; au menu: la directrice de commission qui parle des mariages de la veille ou encore le député haredi Litzman qui ne sait toujours pas compter correctement en hébreu.

Quand est-ce qu’il se termine ce sketch?

A quand un mouvement juif des « pigeons » ?

תמונה 9

La justice israélienne vient de mettre en garde à vue 13 personnes suspectées de blanchiment d’argent, pour des montants de plusieurs centaines de millions de dollars à l’échelle internationale. Les suspects sont: un dirigeant de la yéshiva de la hassidouth Zwiel, un dirigeant d’un grand organisme de charité, un responsable de la sécurité sociale de Modiin-Ilit et des hassidim de Belz. Leur arrestation fut le fruit de plus d’un an d’enquête réalisée conjointement avec les polices des Pays-Bas, d’Angleterre, de France, des Etats-Unis et de Belgique – où plusieurs hassidim de Belz ont également étés arrêté par la police anversoise.

Dans le même temps, et sans aucun lien avec l’affaire précédemment citée, la presse israélienne nous informe que de janvier à septembre 2014, les Juifs Français ont laissés à l’administration israélienne pas moins de 110 millions de shekels -plus de 23,5 millions d’euros- en dons et autres legs. Un responsable gouvernemental affirme que ce sont près de 30 millions d’euros qui sont reçus chaque année par l’état d’Israël en provenance de citoyens Français, mais que ces dons sont parfois de nature particulière. A titre d’exemple, ce legs reçu il y a plusieurs années de 40 millions d’euros destiné à financer, selon les vœux du défunt, un hôpital pour les vétérans de Tsahal, ou encore ce domaine colombien où l’on produisait de la drogue.

Bien entendu, pendant ce temps-là, les Juifs de France qui, comme chacun le sait, contrôlent les banques, les médias et roulent tous en berline allemande, peuvent se brosser pour permettre à leurs synagogues de continuer à fonctionner, aux différentes organisations d’entraide et d’actions sociale de venir en aide aux plus démunis et surtout aux « sans-dents » de vivre décemment. Il existe pourtant un vieux principe talmudique, qui semble avoir bien été oublié: « Les pauvres de ta ville priment ».

Cette petite piqure de rappel serait bien utile à nos amis de la hassidouth de Koidinov (le shtetl à gauche au fond du ravin), dont le rabbi a réussi à ouvrir une succursale en plein essor à paris et qui fait actuellement circuler le message suivant via son listing de courriels:

« Cher ami,

Je vous remercie au nom des Institutions de Koïdinov et du Rebbe en particulier de vous être associés à nous pour les fêtes de Roch Hachana.
Nous sommes aujourd’hui à quatre jours du jour le plus Saint de l’année, le jour de YOM KIPPOUR. En ce jour, le sort de chacun d’entre nous est scellé par Hachem.

Comme pour Roch Hachana, nous vous proposons de prendre part aux mitsvot de Yom kippour au sein de la synagogue du Rebbe de Koïdinov :

1 – L’éclairage des lumières durant la fête : 260 Euros
2- Ouverture de l’Ache Sainte pour la prière de « KOL NIDRE » : 720 Euros
3- Ouverture de l’Arche Sainte lors de la sortie des rouleaux de la Tora le matin de Yom Kippour  : 720 Euros
4- Ouverture de l’Arche Sainte lors de la prière de NEILA : 1800 Euros
5- Montée à la Tora du Rebbe suivie d’une bénédiction personnelle pour l’acquéreur : 1000 Euros

Vous pouvez les offrir et les dédier pour votre réussite et celle de vos proches. Que toutes vos prières soient exaucées.
Que cette année soit pour tout le peuple juif une année douce, sereine, remplie de joies et de bonheur.

N’hésitez pas à me contacter par mail ou encore au 00972xxxxx si vous désirez poser une question, éclaircir un point ou encore tout simplement transmettre un message au Rebbe.

GMAR HATIMA TOVA

Cordialement,

Mme XXX »

La alya du pauvre, une comédie écrite par le ministère de l’alya et de l’intégration

Pendant que la presse se fait l’écho d’une probable alya de nombreux juifs de France, l’agence juive multiplie les efforts pour attirer les juifs du monde et les installer dans l’état hébreu. Pour la France, les efforts sont concentrés sur la partie administrative, puisqu’Israël vient de reconnaître les diplômes français et souhaiterait reconnaître également les permis de conduire.
Malgré les déclarations tonitruantes, à grand renfort de communications, les efforts financiers sont eux réservés à l’alya des pays anglo-saxons. Ironie de l’histoire, c’est dans ces mêmes pays que l’on moque le système de protection sociale des français qui en ferait des assistés; mais pour le candidat à l’alya qui parle la langue de Shakespeare ou Bush on réserve près de 90% de l’enveloppe du ministère prévue à cet effet.

Récemment, le ministère israélien de l’alya a concocté un petit programme de retour qui s’adresse aux israéliens vivant à l’étranger et particulièrement en France. Car dans les objectifs de l’alya organisée, il y a aussi le retour des nationaux au bercail. Parmi ces programmes, il y en a un qui à pour but de proposer des aides en échange d’une installation dans les implantations (yishouvim) et villes du Néguev et de la Galilée.
Il faut bien se représenter, que ce type de programme s’adresse justement à ceux qui sont allés vivre à Londres, Berlin, Los-Angeles ou Paris. À ces israéliens qui vivent en France et qui sans doute profitent de cet affreux système socio-économique.

Le programme, en 15 articles et 4 sous-articles est un petit bijou d’humour, dont seul les fonctionnaires israéliens ont le secret.
Parmi ces articles:
3. Les citoyens du retour ayant répondu aux critères et intégrés dans le programme, seront censés recevoir une aide pour le paiement du loyer ainsi que des primes concernant l’emploi et l’entreprenariat.

7. Dans le cadre du programme, l’ayant droit est susceptible de percevoir une participation pour les frais de location pendant une période de 12 mois à compter du jour du retour en Israël en tant que « citoyen du retour ».

8. L’ayant droit participant au programme qui dispose d’un travail et présente au moins 6 fiches de paye 8 mois après son retour en Israël, est censé recevoir une « prime de promotion à l’emploi » à hauteur de 5600 shekels. Une unité familiale est en droit de percevoir une seule prime de promotion à l’emploi.
Donc une super prime d’à peu près 1300€ par foyer -le langage militaire ayant ici un peu débordé le traducteur qui parle d' »unité familiale »- c’est toujours sympa à prendre, mais renoncer à la sécurité sociale française pour ça, ce n’est surement pas ce qui attirera les foules.
Les quelques articles suivants, décrivent eux aussi différentes sortes de primes, de résidence ou encore d’entreprenariat. Jusque là, le « candidat du retour » qui aurait la nostalgie d’une laffa shawarma à moins de 12€ peut quand même y trouver son compte.
Patatras, l’article 14 vient vite refroidir notre candidat potentiel:
14. L’aide accordée dans le cadre du programme est conditionnée par l’existence d’un budget.
En même temps, monsieur de Lapalisse n’aurait pas dit mieux. Comment dit-on guignol en hébreu?

>>>Détail du programme_alya

Pour les candidats-kamikazes, cliquez ici pour plus de détails

Une fausse vidéo d’accident en Israël fait le tour du web

Une fausse vidéo qui montre un taxi palestinien qui renverse un homme juif ultra-orthodoxe, fait un tabac sur internet après qu’un site de nouvelles palestinienne ait présenté les images comme véridique.
La vidéo a été créée par Yossi Shachar, afin de montrer ce qui pouvait être fait avec le logiciel de montage Adobe.
La vidéo montre l’homme juif ultra-orthodoxe traverser une rue en Cisjordanie près d’un avant-poste militaire, quand soudain le taxi palestinien accélère et renverse le piéton.

La vidéo a été vue plus de 1 million de fois après avoir été publiée par le site de nouvelles Al Quds.
Shachar a dit qu’il a créé le clip il y a six mois avec Adobe After Effects, et publié en ligne comme un exemple de la façon dont on peut utiliser le programme. Shachar a déclaré que le site Al Quds n’a pas informé ses lecteurs que cette vidéo était un montage.

Une saisie de drogue suspendue pour cause de circoncision

margalit_drugs_israel_021414_620px

Un drôle d’incident s’est produit lorsque l’unité de la police israélienne des frontières a perquisitionné la maison d’un trafiquant de drogue connu, dans le cadre d’une opération contre les trafiquants de drogue.
Lorsque les policiers se sont approchés de la maison, une femme de 60 ans avec ses quatre enfants a tenté d’empêcher les agents d’entrer. Les policiers ont présenté un mandat de perquisition et ont fait irruption dans la maison où ils ont trouvé trois laboratoires de drogue.

Alors que les policiers fouillaient dans la maison, le trafiquant présumé est entré dans la salle de séjour avec un bébé nouveau-né dans ses bras. Le suspect a supplié les policiers de lui permettre de tenir la cérémonie de circoncision de son fils avant d’être emmené en prison.
A sa grande surprise, les policiers ont accepté. Ils ont même arrêté leurs fouilles et ont participé à la cérémonie. Une fois celle-ci terminée, les policiers ont saisi près de 4kg de marijuana, 25 plants de marijuana, des milliers de dollars en espèces et du matériel de laboratoire de fabrication de drogue. Le suspect, âgé de 40 ans, a été menotté et emmené au poste de police de Beer Sheva pour interrogatoire.

« Nous devons nous rappeler que même les criminels sont des êtres humains. Je suis heureux que les agents aient autorisé le suspect à organiser la cérémonie de la circoncision », a déclaré le commandant de la police de Beer Sheva.

Petit mariage entre amis chez Belz

Hier soir avait lieu le mariage de la petite-fille du rabbi de Belz à Jérusalem. L’occasion d’une jolie démonstration de puissance, malgré des préparatifs qui ont fait plus que jaser chez les hassidim, notamment dans le traitement de certains des invités, les guéguerres entre les différents rebbeïm des autres cours hassidique et le pognon qui a drôlement circulé entre les mains des organisateurs.

Les places en gradins –frantzes en yiddish- sont payantes (véridique): le gefilte, tu l’aimes ou tu t’en va!

L’entrée en scène de la principale attraction de la soirée.
Addendum: la censure a vite frappée chez Belz, mise en ligne il y a quelques heures, la vidéo montrait depuis les coulisses et de très près le rabbi faire son entrée dans la salle. Timide la rockstar?

La cage aux froum

╫ö╫ó╫í╫º╫ƒ ╫æ╫á╫Ö ╫₧╫ù╫£╫æ ╫₧╫Ö╫₧╫Ö╫ƒ ╫ó╫¥ ╫ö╫ó╫ª╫ò╫¿ ╫á╫¬╫ƒ ╫æ╫Ö╫ÿ╫ò╫ƒ ╫

Si lorsque vous allez au mikvé Shloimy ou Moishy vous regarde bizarrement, rassurez-vous, vous avez probablement plus de choses en commun que vous ne le soupçonniez.
67% des homosexuels juifs ultra-orthodoxes ont choisi d’épouser des femmes en dépit de leur orientation sexuelle, selon les chiffres publiés par HOD, une organisation qui aide les homosexuels religieux.
Beaucoup de ces hommes mènent une double vie et trompent leurs femmes avec d’autres hommes. HOD est dirigé par le rabbin gay Ron Yosef.

Celui-ci a commencé il y a longtemps son travail de soutien aux homosexuels religieux, mais ces deux dernières années, il y a eu une augmentation significative du nombre de Juifs ultra-orthodoxes, qui cherchent de l’aide. Les ultra-orthodoxes représentent aujourd’hui 20% des membres de HOD.
1157 hommes qui se définissent comme juifs ultra-orthodoxes, se sont tournés vers HOD au cours des deux dernières années. 768 sont mariés et 361 ont admis qu’ils trompent leurs épouses et ont des rapports sexuels avec des hommes au moins une fois par mois.
Les hassidim gays viennent de tous les groupes dont Gour (rappelez-vous de l’histoire du soja), Vizhnitz, Breslev, Habad, Satmar, et Belz.
L’association HOD a également lancé une campagne de communication à destination des orthodoxes.

La femme du gourou Y.Pinto tente de mettre fin à ses jours

rabbi-pinto

 

Le kabbaliste Yochiyahu Pinto, rejeton des familles Pinto et Abouhatsera, continue de défrayer la chronique judiciaire, que ce soit aux usa ou en Israël. Depuis de nombreuses années, celui qui est devenu le gourou de très nombreuses personnes, parmi lesquelles des politiques et hommes d’affaires, enchaine les scandales: détournement de fonds réservés aux victimes de la shoah, bras-droit condamné pour distribution illégale de films pornographiques, corruption d’un sénateur américain … Pinto qui vit entre Israël et les États-Unis, était ces derniers jours entendu par la justice israélienne  pour  corruption d’officier de police et a même triomphé du passage au détecteur de mensonges imposé par les enquêteurs.
S’il semble, pour le moment, réussir à éviter de lourdes condamnations pénales, ce n’est pas sans conséquences pour sa vie de famille. Son épouse -dont le père fut en procès avec Pinto- a tenté pour la seconde fois de mettre fin à ses jours, accablé de honte par les agissements de son gourou de mari. Bienheureusement, cette nouvelle tentative de suicide ne laissera pas de graves séquelles à cette dame.
On lui conseil les médiateurs du beit din de paris pour résoudre ses problèmes de couples?

http://news.nana10.co.il/Article/?ArticleID=1058875&sid=126

Aller régulièrement aux toilettes est bon pour la santé

La fête de lag baomer attire chaque année à Merone, où est enterré Rabbi Shimon bar Yohay, une grande foule et est l’occasion pour les escrocs de faire du business. De nombreuses personnes, notamment sur internet et les réseaux sociaux, dénoncent les abus en tous genres; parmi ceux-ci, cette jolie affiche qui dit en substance que pour 690 shekels, soit environ 145€, donnés le jour de la fête, à la récitation de certaines bénédictions vous mériterez une bonne santé, de bons revenus ou de trouver l’âme sœur. Donc pour 145€, à chaque bénédiction dite de « asher yatsar » (récité en sortant des toilettes) ce jour là, vous augmenterez votre capital santé. À qui profite le crime? Au lobby des plombiers?

enfumage

 

 

Touche pas au grisbi s*** !

tontons-Flingueurs-1963-2

 

Les filles de rav Ovadia Yossef poursuivent leurs frères qui ont refusé de partager l’héritage de leur père avec elles.
La querelle de famille a éclaté après que la maison de ROY, qui est situé dans le quartier Har Nof de Jérusalem, ait été mise en vente.
Des milliers de visiteurs ont été accueillis dans cette maison au fil des ans, et la maison est devenu un symbole du parti Shas. La propriété a été estimé à la vente à 6,5 millions de shekels (1,85 millions $).
La maison construite sur 300 mètres carrés dispose en plus d’un toit de 180 mètres carrés. Cependant, des personnes proches de la famille ont déclarées qu’il ya une offre de 9,5 millions de shekels (2,7 millions $) sur la table.

Les fils du défunt leader sépharade affirment que selon la coutume, les femmes sépharades ne partagent pas l’héritage de leurs parents. Par conséquent, les filles de ROY ont décidé de poursuivre leurs frères au tribunal rabbinique.

 

Les ultra-orthodoxes sont-ils des sionistes?

mishgv

Le père fondateur de l’état d’Israël, David Ben-Gourion, l’affirmait: Israël sera un pays lorsqu’il aura ses putes et ses voleurs.

Les ultra-orthodoxes, malgré eux, participent à la confirmation de cette « prophétie laïque »: ils voient des putes partout et la majorité de leurs rabbins, rabbis et autres dirigeants sont des voleurs.

La légende aux ailes de plomb

Dans la famille Don Corleone je voudrais…

Don_Corleone_by_rprisco

 

1- Le fils: rav Avraham Yossef, fils de rav Ovadia Yossef. Après enquête, la police israélienne demande à ce qu’il soit traduit en justice pour ses activités comme rav de Holon et responsable du certificat de kasherouth « Beit Yossef », notamment suite à des constats d’irrégularités dans l’attribution du label « Mehadrin » à certains restaurateurs.

2- Le frère: rav Aharon de Satmar. Il y un mois environ, une journaliste américaine a diffusée l’information selon laquelle le Rabbi était recherché par le FBI (nous avions pris soins de ne pas diffuser cette information qui tardait à être confirmée); depuis, ce qui s’est avéré être faux, n’a pas laissé le Rabbi tranquille: qui étaient les « sources internes à la communauté » qui avaient bien pu raconter cette fable à la journaliste? Il semble que le coupable a été trouvé: son frère, reb Zalman, qui dirige la cours hassidique dissidente, mais non pas moins importante. Un coup en dessous du gartel pour déstabiliser l’adversaire, un classique en somme.

3-Le beau-frère de n°2 (qui a lui aussi un frère dissident): rav Isroël de Vizhnitz. Au sein de l’appareil dirigeant de la hassidouth romano-ukrainienne, on continue de tondre les fidèles brebis. Après avoir imposé une taxe au moment des mariages, il a reçu, il y a quelques jours, un groupe de donateurs petits ou moyens, qui ont la particularité de faire des dons directement au Rabbi et non pas à telle ou telle institution de la hassidouth. Alors que chacun des participants passaient devant le Rabbi, celui-ci demanda que les sommes soient doublées pour l’année à venir. Là où il y de la gêne, il n’y a pas de plaisir.

Il y a 89 ans on inaugurait l’université hébraïque de Jérusalem

univivr

Le 1er avril 1925, 2500 personnes étaient conviées à Jérusalem au Har Hatzofim pour l’inauguration de l’université hébraïque. Cette foule fut rejointe par plusieurs autres milliers de personnes voulant assister de près ou de loin à l’événement.

Des chants furent composés pour l’occasion, et soutenu par plusieurs des grandes personnalités juives d’Europe, comme Ahad Haam, Simon Dubnov, Sigmund Freud ou encore Albert Einstein, le slogan du projet d’un centre de savoir dont on souhaitait qu’il rayonnât sur le monde juif européen fut un verset tiré des prophètes: « Car de Sion sortira une torah ».

cheminsunivheb

La pose de la première pierre fut l’occasion de discours des leaders de ceux qu’on appelait souvent encore les palestinophiles. C’est d’abord le rav Kook qui bénit le projet et l’assemblée, avant les allocutions de Lord Balfour, du poète Nahman Bialik et du futur premier président de l’état d’Israël le professeur de chimie Chaim Weizmann.

hebuni

Et bien qu’aujourd’hui son rayonnement se situe bien plus dans le domaine des sciences, de l’informatique et de l’économie, l’université compta parmi ses professeurs les illustres Buber, Scholem, Leibowitz, etc.

Par chance, une caméra se trouvait là en ce premier jour du mois d’avril 1925.

Vers un nouveau boycott de produits israéliens ?

gefilte_fish_loaf_bulk

A l’approche des fêtes de pessah, ce qui constitue une des bases de chaque tablée de shabbes ou yontef [shabbat ou yom-tov, Ndr] des maisons ashkénazes, mais pas que, risque d’être absente. C’est le journal israélien Yediot Aharonot qui s’en est fait écho: afin de lutter contre la hausse des prix du gefilte fish les semaines précédant la pâque juive, où ces boulettes ou pains de poisson blanc agrémenté d’une rondelle de carotte se vendent en grande quantité, le rabbin Shmuel Eliezer Stern, de Bnei Brak, a appelé au boycott et a même émis une décision halakhique (juridique) en ce sens.

C’est une très bonne idée que de faire pression sur les professionnels de l’alimentation kasher, qui profitent souvent des restrictions alimentaires de pessah, pour se faire des matzoh balls en or. Ah, si nous pouvions faire la même chose en France, qui plus est avec le soutien de rabbins ou du Consistoire, rêvons un peu…

 

La saison du ballet des hypocrites fait un tabac

לשכת גיוס בני ישיבות

Le débat sur l’enrôlement des étudiants des yéshivoth continue de secouer la société israélienne et révèle un degré d’hypocrisie rarement vu au sein des dirigeants politiques, religieux et militaires. Chaque partie avance ses arguments, pour ou contre, en jouant la carte de l’esbroufe.

Tout d’abord à l’armée, où l’état-major reconnait ne pas avoir besoin, ni envie, de voir arriver une cohorte de bahourim rétifs à la discipline et aux ordres militaires, qui constituent le socle de toute armée. Il faudrait en effet s’adapter au rythme du bahour moyen: prière, repas adaptés et sans compter que dans certains cas le jeune ultra-orthodoxe suivra l’avis de son rav et non de son supérieur. On pourrait rajouter que si tsahal compte mener une guerre avec une troupe de bahourim lituaniens, maigrichons, bigleux et qui n’ont jamais couru plus de 500M, le Hezbollah risque de s’ouvrir une voie royale jusqu’à Al-Quds. Tout ceci dit sans compter la détestation réelle d’une partie de l’état-major et des officiers de terrain à l’endroit des orthodoxes.

A l’inverse, le camp haredi avance ses arguments les plus bêtes: c’est par l’étude que l’état d’Israël est protégé, la mixité risque de troubler les jeunes etc… Si ceux-ci étaient plus malins et fins stratèges, ils enverraient tous leur jeunes à l’armée. En pareille cas, celle-ci ne tiendrait pas et ce pour ces mêmes raisons évoquées plus haut. Pour schématiser, si Shmoulik, à qui on a demandé de grimper sur la colline x doit demander l’avis de son rav, si à l’heure de l’entraînement il s’arrête pour prier minha et si contrairement à son voisin il ne mange pas la viande de rav Landau et exige celle du Badatz (qui ne livrera jamais une cuisse de poulet à tsahal), les officiers vont s’arracher les cheveux. Et croyez-le, des Shmoulik, il y en a des milliers. Or, le rav haredi vous dira que si l’on tentait cette expérience, certains jeunes risqueraient d’y rester. C’est donc que ces messieurs ne sont pas sûr de l’attrait de la yeshiva par rapport au fait d’aller crapahuter en treillis; il faudrait donc qu’ils se posent des questions. Il semblerait que les récentes affaires d’arrestations de jeunes, que nous avons relayé, soient pour partie liées à des affaires de droit commun; le jeune arrêté après pourim, par exemple, aurait conduit en état d’ivresse pendant la fête. Enfin, il faut avouer que les parents des familles orthodoxes préfère voir les enfants des autres mis en danger; si un fray (laïc) est blessé au combat, c’est moins grave que…

Chez les sionistes-religieux, les jeunes vont à l’armée. Une partie de sa jeunesse hait les dossim (ultra-orthodoxes), quand beaucoup de ses rabbins prestigieux sont allés soutenir les haredim dans la grande manifestation contre l’enrôlement, qui a réunie plusieurs centaines de milliers de personnes. Récemment un député du parti sioniste-religieux, Habayit Hayehoudi, a fait savoir qu’il voterait contre la loi dite du « Guiyous », bien qu’il soit favorable à ce que les intéressés aillent à l’armée, mais il refuse de voir se monter une société contre une autre et surtout contre ceux qui ont fait de l’étude la valeur suprême.

C’est ainsi que nous en arrivons aux politiques. Le leader du camp sioniste-religieux avait réussi le coup-de-force de s’extraire de l’influence des rabbins type Merkaz Harav, mais ses calculs politiques ont entraînés une scission idéologique au sein mêmes de son parti (qui siège au gouvernement), qui goûtent peu le lynchage médiatique de juifs. Les députés orthodoxes, eux, se frottent les mains. Alors que le monde haredi est traversé par une crise socio-économique et idéologique, que de nombreux haredim sortent de leur ghetto intérieur pour aller vers le marché du travail et qu’ils commencent à peine à remettre en cause la mainmise de certains rabbins, rabbis et conseillers de l’ombre, rien de mieux que de leur taper dessus pour les remobiliser et leur montrer le côté obscur de l’appel du pied de la société civile. L’autorité Palestinienne et certains députés arabes-israéliens, ont vite saisis l’enjeu, pour leurs affaires, qui se jouait là. A la Knesset, ceux-ci répondent en yiddish au député orthodoxe Eichler qui leur parle en arabe. Plus incongrue encore, cette semaine un des leader de Netourei Karta s’est entretenu avec des membres de l’AP et ont conclu d’un commun accord que les yeshivoth qui le souhaiteront , pourront passer sous la responsabilité de l’Autorité Palestinienne et échapper ainsi à toute convocation à tsahal.

Du côté du Likoud et de Yair Lapid (en grande perte de notoriété), on continue de jeter de l’huile sur le feu et de coincer au mieux les orthodoxes, dans le seul but de plaire à l’électorat laïc. Car il plait à la populace, comme aux élites laïques, de voir les orthodoxes dans la mouise. Notons cependant que certains libertariens de Tel-Aviv, reconnaissent aux haredim le droit individuel de mener la vie qu’ils souhaitent, comme ils le font et le faisaient avant la création de l’état.

Le ballet des hypocrites n’est donc pas terminé et gageons qu’il nous réserve encore bien des surprises.

Après pourim, retour aux affaires

300x233xHaredim_police_Israel-300x233.jpg.pagespeed.ic.dOFntFt1nV

La police militaire israélienne ne lui aura laissé que le répit du temps de Pourim. Un jeune étudiant de 18 ans de la yeshiva de Grodno, à Ashdod, a été envoyé en prison pour ne pas s’être présenté à sa convocation par l’armée. Et déjà dans le monde haredi ont prévoit des manifestations de soutien. L’épreuve de force continue, mais nombres de juifs qui ont gardés en mémoire le souvenir de l’histoire tragique des cantonistes, n’ont pas l’intention, à tort ou à raison, de céder d’un pouce. Quel camp fera un pas le premier?

Une chanson « néo-cantoniste », devenue un classique de la scène klezmer judéo-russe.

Tzimel en Israël: clap de fin

DSCN0761

 

« Sur la Torah, j’ai touché le mur et je suis descendu à Eilat ! ». Cette sublime déclamation poétique entendue dans l’avion m’indique que la boucle est bouclée, retour à Paname. Quelle joie de retrouver la très tranquille communauté juive parisienne : les petites disputes qui sous-tendent la pétition lancée pour l’organisation d’élections pour un nouveau Grand rabbin de France, les néo-orthodoxes qui continuent gentiment de nous vanter un mode de vie auquel les orthodoxes israéliens ne croient plus, et surtout notre BHL national qui n’hésite pas à mouiller sa chemise Lanvin sur mesure pour l’Ukraine, histoire d’être sûr de donner raison aux prédictions de Tzuckerweiss.

Lire la suite sur Jewpop

À Vizhnitz: la folie des grandeurs

orig_981e658e39414a729988f669679f6ecb

 

La hassidout Vizhnitz a finalisée son projet de construction du plus grand beit hamidrash du monde. Il faudra attendre 6 ans pour pénétrer dans ce bâtiment, qui coûtera la bagatelle de 24 millions de dollars, et pourra accueillir dans sa salle principale 2400 personnes.

Il est surprenant au moment où les orthodoxes manifestent, entre autres, pour conserver les subventions d’état allouées aux yéshivoth, de voir se monter un tel projet. Comme souvent chez les hassidim, la gloire du rabbi et de sa hassidouth priment sur le bon-sens et la décence. Oubliées la crise et la pauvreté qui touchent de nombreuses familles au sein même de cette hassidouth (la 3ème plus importante en Israël), l’essentiel est pour le rebbe de faire un beau pied-de-nez à son frère qui le concurrence et à son beau-frère, le rabbi de Belz, qui détenait jusque là le record du plus grand beit hamidrash du pays.

On notera l’ironie de l’affiche édité pour l’occasion, qui présente le projet comme lieu d’étude, de prières, mais surtout de charité et bienfaisance. Rabbi Isroel de Vizhnitz ferait bien de regarder dans le dictionnaire la définition de ces deux mots.

orig_37d186e7ea4b4be9b8bcb8b5088bda4a

%d blogueurs aiment cette page :