Tzimelblog

Accueil » états-unis

Category Archives: états-unis

Le « rav » Yoshiyahou Pinto fera un an de prison

facebook

Le pseudo-kabbaliste Yoshiyahou Pinto, qui vit entre les USA et Israël, a reconnu être coupable de corruption d’un officier de police afin d’obtenir des informations privilégiées sur une enquête contre lui -et obstruction à la justice.

En échange de ces aveux et de son témoignage, les procureurs ont demandés que Pinto bénéficie d’une réduction de peine d’un an de prison seulement.

La femme de Pinto avait été enregistrée par la police, remettant plus de 100.000 francs suisses en espèces à la femme d’un officier de police pour l’obtention d’informations sur une affaire criminelle concernant Hazon Yeshaya, la fondation de charité de Pinto, qui a volée des millions de dollars en dons de nourriture et d’autres fonds, destinés à des survivants âgées de l’holocauste. La nourriture avait été vendue sur le marché noir d’Israël et l’argent provenant de ces ventes et d’autres sommes volées, auraient étés prise par Pinto et de hauts responsables de sa « caisse de charité » pour leur usage personnel. Forbes a estimé la fortune de Pinto à 19 millions de dollars.

A New York, Pinto est toujours sur le coup d’une enquête concernant le député Michael Grimm, sur d’éventuelles violations des lois de financement de campagne.

Publicités

Une mézouza pour les zinzins: la christooza

sans-titre (2)

Un homme de confession juive de New York, a commencé à vendre des mézouzas en forme de croix pour les chrétiens.

Henry Zabarsky vend une croix rouge en plastique creuse contenant un morceau de parchemin avec une prière. Tout comme la mezouza juive traditionnelle, elle est également destinée à être placée sur les montants de portes.
Zabarsky, 43 ans, qui est un conseiller financier, a déclaré que l’idée lui est venue après avoir rendu visite à un client chrétien profondément religieux. Dans sa maison, il a vu toutes sortes d’objets religieux et s’est dit pourquoi ne pas créer une mezouza d’un genre particulier.

Les croix sont vendus sur son site internet pour 20$, avec un choix parmi différentes prières, y compris une bénédiction de la maison irlandaise ou encore une prière catholique pour la maison. Pour un supplément de 5$ à l’achat, le client aura droit à une christooza avec une bénédiction personnalisée.

La femme du gourou Y.Pinto tente de mettre fin à ses jours

rabbi-pinto

 

Le kabbaliste Yochiyahu Pinto, rejeton des familles Pinto et Abouhatsera, continue de défrayer la chronique judiciaire, que ce soit aux usa ou en Israël. Depuis de nombreuses années, celui qui est devenu le gourou de très nombreuses personnes, parmi lesquelles des politiques et hommes d’affaires, enchaine les scandales: détournement de fonds réservés aux victimes de la shoah, bras-droit condamné pour distribution illégale de films pornographiques, corruption d’un sénateur américain … Pinto qui vit entre Israël et les États-Unis, était ces derniers jours entendu par la justice israélienne  pour  corruption d’officier de police et a même triomphé du passage au détecteur de mensonges imposé par les enquêteurs.
S’il semble, pour le moment, réussir à éviter de lourdes condamnations pénales, ce n’est pas sans conséquences pour sa vie de famille. Son épouse -dont le père fut en procès avec Pinto- a tenté pour la seconde fois de mettre fin à ses jours, accablé de honte par les agissements de son gourou de mari. Bienheureusement, cette nouvelle tentative de suicide ne laissera pas de graves séquelles à cette dame.
On lui conseil les médiateurs du beit din de paris pour résoudre ses problèmes de couples?

http://news.nana10.co.il/Article/?ArticleID=1058875&sid=126

Dans la famille Don Corleone je voudrais…

Don_Corleone_by_rprisco

 

1- Le fils: rav Avraham Yossef, fils de rav Ovadia Yossef. Après enquête, la police israélienne demande à ce qu’il soit traduit en justice pour ses activités comme rav de Holon et responsable du certificat de kasherouth « Beit Yossef », notamment suite à des constats d’irrégularités dans l’attribution du label « Mehadrin » à certains restaurateurs.

2- Le frère: rav Aharon de Satmar. Il y un mois environ, une journaliste américaine a diffusée l’information selon laquelle le Rabbi était recherché par le FBI (nous avions pris soins de ne pas diffuser cette information qui tardait à être confirmée); depuis, ce qui s’est avéré être faux, n’a pas laissé le Rabbi tranquille: qui étaient les « sources internes à la communauté » qui avaient bien pu raconter cette fable à la journaliste? Il semble que le coupable a été trouvé: son frère, reb Zalman, qui dirige la cours hassidique dissidente, mais non pas moins importante. Un coup en dessous du gartel pour déstabiliser l’adversaire, un classique en somme.

3-Le beau-frère de n°2 (qui a lui aussi un frère dissident): rav Isroël de Vizhnitz. Au sein de l’appareil dirigeant de la hassidouth romano-ukrainienne, on continue de tondre les fidèles brebis. Après avoir imposé une taxe au moment des mariages, il a reçu, il y a quelques jours, un groupe de donateurs petits ou moyens, qui ont la particularité de faire des dons directement au Rabbi et non pas à telle ou telle institution de la hassidouth. Alors que chacun des participants passaient devant le Rabbi, celui-ci demanda que les sommes soient doublées pour l’année à venir. Là où il y de la gêne, il n’y a pas de plaisir.

Mark Zuckerberg: « J’ai monté Facebook avec le dollar du Rabbi »

zuck_rebIl se fait très rare dans la presse et pourtant récemment, à l’occasion d’un déplacement en Hollande pour le développement de Facebook, Mark Zuckerberg a accordé une interview au journal juif local: Joodse Kronieken.

Revenant sur la genèse du réseau social mondialement connu, M.Zuckerberg s’est confié: « Mes parents ont eu trois filles avant moi et mon père rêvait d’un garçon, qui ne venait pas. Après avoir vu plusieurs médecins, sans succès, un ami de la famille proche des Loubavitch a conseillé à mon père de solliciter une bénédiction du Rabbi. Notre famille est traditionaliste mais peu pratiquante. Il n’empêche, mon père se rendit à New-York en 1982 et fit comme de nombreuses personnes, attendit son tour pour recevoir une bénédiction. Lorsque son tour arriva, il demanda au Rabbi si celui-ci pouvait lui promettre un garçon. Le Rabbi lui tendit un dollar et le questionna sur sa pratique religieuse; mon père avoua ne pas respecter les lois juives. Le Rabbi lui expliqua alors ce qu’était la philosophie de Habad, comment elle s’attelait à relier les juifs entres eux de par le monde, par des actions communes. Le Rabbi enjoint mon père à s’engager à inculquer au fils, qu’il lui promit, une éducation juive ».

« Je suis né moins de 18 mois après cette entrevue et lors de ma bar-mitzvah, mon père m’offrit ce dollar qu’il avait reçu des mains du Rabbi, et me répéta le message que ce dernier lui avait transmit. J’ai conservé, sans y prêter une grande attention, ce dollar. Au moment de mes études et alors que naissait peu à peu le projet Facebook, je me suis souvenu de ce que m’avait raconté mon père. Je sentais qu’il y avait une drôle de coïncidence entre le message du Rabbi et mon propre projet de réseau social. Lorsque vint le temps de monter Facebook, j’eus ce sentiment qu’il était temps de faire usage de ce dollar, que j’ai déposé à la banque au moment de la création de notre société, la suite vous la connaissez ».

« Je ne suis pas très croyant et malgré cela, je ne peux que témoigner de l’extraordinaire intuition qu’eut cette homme, que je regrette de ne pas avoir rencontré ».

Source: Joodse Kronieken. Merci à H.D.A.S

Addendum 14/03: Cet article était notre blague de pourim! Joyeuse fête!

Le festival interceltique de Bobov

Le mariage qui a eu lieu la semaine dernière, à Brooklyn, de la fille du rabbi de Bobov, nous avait permit de bien rire de la parade façon cirque Pinder au rabais. Puisque nous avons coutume sur ce blog de souhaiter un bon shabbat à nos lecteurs en musique, nous continuons donc avec ce même mariage.

Au menu, la mitzve tantz, danse des jeunes mariés que ne renierait pas un habitué des danses bretonnes du festival interceltique de Lorient.

Enfin, le grand moment de solitude pour la mariée, pendant que tous les hassidim la zyeutent et que son rebbe de papa fait le show.

Gut shabbes à tous, שבת שלום

Hip-hop cosaque

Comme souvent en matière de tendances, les américains sont précurseurs. Bien heureusement, certaines modes ont du mal à passer la frontière atlantique, et ce pour le confort de nos oreilles. En effet, depuis un certain temps déjà, de nombreux mariages chez les orthodoxes américains ressemblent à une espèce de hassidic rave party, avec des tubes technos chantés en yiddish. Par chance, ces messieurs dansent dans des salles où l’éclairage reste neutre, autrement nous risquerions de donner raison au rabbi de Gour, qui voit des homos partout, tant la gestuelle est équivoque, et l’ambiance, pour le quidam non-averti, paraît très « rue des archives ».

 

A la tienne Etienne !

sans-titre (4)

  Il y a près de 15 jours a éclaté un petit scandale aux Etats-Unis suite à un procès entre une yéshiva Loubavitch pour adolescents et une université à laquelle cette yéshiva était affiliée, suite à la découverte, par des membres de cette université, du fait que de l’alcool était versé à des mineurs lors de farbrengen – réunions hassidique.

Le blog Failedmessiah, a récemment posté des photos d’une autre yéshiva Loubavitch, située en Iowa, où des jeunes étudiants semblent ne pas aller de main morte sur la vodka.

sans-titre (2)

sans-titre (3)

Bienvenue chez les ch’tis

media_xl_379218

  Très tôt dans l’histoire des différents mouvements hassidique, petits et grands rabbis ont pratiqués le mariage entre cousins à haute dose. Puisque le « tzadik » et sa famille incarnaient une nouvelle forme d’aristocratie, il fallait alors que le sang resta pur; l’interdit biblique prenant ici tout son sens, on ne pouvait comme chez les pharaons égyptiens, épouser sa sœur, néanmoins les rabbis et certaines grandes famille ont toujours fait attention à garder la lignée la plus imperméable possible à tout élément allogène.

C’est ainsi que seulement 30 jours après le décès de la petite-fille du rabbi Vizhnitz à l’âge de 18 ans, le mari a annoncé qu’il épouserait la sœur cadette de sa femme morte.

Yohanan Hager, qui a été mariée à Chaya Faiga Hager, va se marier avec la jeune sœur de sa femme morte, Trany Hager. Comme nous pouvons le constater, tout ce beau monde porte le même patronyme, Hager, nom de famille de la dynastie des rebbeim de Vizhnitz.

Chaya Faiga Hager, mariée à 17 ans avec un cousin, est décédée juste un jour après avoir donné naissance à son premier enfant, une petite fille en bonne santé.
Le lendemain de l’accouchement la jeune femme a développée une infection et son état s’est rapidement détériorée. Des milliers de personnes ont assisté à ses funérailles à Monsey (état de NY) où elle a été enterrée.

Pas de place pour les sentiments et le deuil dans la famille de l’illustre tzadik, et alors qu’il vient d’avoir un enfant et perdre son épouse, le jeune endeuillé doit déjà se fiancée avec sa belle-sœur:  Vizhnitz ton univers impitoyable.

Leçon de yiddish express

Abraham, Isaac et Moïse en caméra cachée

Les vidéos de la chaine YouTube, jewbellish, animée par le comique américain loubavitch Mendy Pellin, suscitent une bronca au sein de la communauté habad de Crown Heights, et chez de nombreux orthodoxes. Se voulant être une révision sur le mode comique de certains épisodes de la Torah, Pellin et son équipe ont poussés le bouchon du comique -pas très drôle- un peu trop loin.

Nous sommes, bien entendu, habitués à la satire et aux caricatures, que ce soit dans la presse et au cinéma, et cela ne choque habituellement personne. Cependant, il s’agit là de détournements scénarisée par un juif orthodoxe, d’un Moïse qui a du mal à grimper au mont Sinaï, et présente deux iPad en guise de tables de la loi, ou encore de l’histoire de la ligature d’Isaac, vidéo dans laquelle Abraham est en fait piégé en caméra cachée par un afro-américain de Brooklyn et ses deux jolies assistantes: humour américain lourdingue et pas fin. D’ailleurs le peu de succès de ces vidéos peut se mesurer au nombre très faible de ses visionnages.

A vous de vous forger votre propre avis sur ces vidéos :

Ce que vous avez toujours voulu savoir sur les rebbeim…

Vous croyez tout savoir sur les rabbis des différentes cours hassidique? Satmar, Spinka, Vizhnitz, c’est le moment de vérifier vos connaissances.

Toutes nos excuses pour les non-anglophones, le texte est difficilement sous-titrable.

Satmar et les milliardaires dubaïotes

article1_d7d3b23bb8f543eeafd5b6112c74c164

Collecter des fonds pour financer des publicités anti-israéliennes pour protester contre le gouvernement d’Israël, a conduit le rabbi de Satmar, Aharon Teitelbaum, à rencontrer deux frères milliardaires musulmans de la famille Al- Kassab des Emirats Arabes Unis , qui possèdent des entreprises géantes à Dubaï et des champs de pétrole dans les Emirats.

Selon un rapport publié par le site israélien, Behadrei haredim, les deux frères sont récemment venus aux États-Unis pour explorer des pistes d’investissements avec des partenaires juifs orthodoxes. Les frères , qui ont vus les encarts publicitaires de Satmar contre Netanyahu, étaient curieux d’en apprendre d’avantage au sujet de l’opposition idéologique de Satmar à l’Etat d’Israël. Le partenaire juif, en affaires, les a dirigés vers Haïm Tzvi Teitelbaum, le petit-fils du Satmar rebbe résidant à Kiryas Yoel aux USA , afin de solliciter une rencontre avec le Rabbi. Ce dernier a exprimé sa volonté de les rencontrer, affirmant que cela permettrait de sanctifier le nom de Dieu.

 » Pourquoi êtes-vous contre l’Etat d’Israël ?  » ont-ils demandés au rabbi , lors d’une réunion qui a duré environ 15 minutes. « Les sionistes ne parlent pas au nom de la nation d’Israël et ne sont pas leurs représentants », a répondu, le rabbi, sans équivoque. « Nous ne les reconnaissons pas comme un Etat juif, et en conséquence directe, nous n’allons pas même visiter le Mur occidental ( Kotel ) ou le reste des terres occupées par Israël, nous n’avons aucun lien avec l’État d’Israël et jamais nous n’offrirons d’aide pour soutenir le gouvernement ». Le Rabbi a également dit à ses invités qu’il n’a aucune relation avec le parti Shas en Israël, « c’est tout le contraire », a-t-il dit, « nous nous battons contre eux et la Agudath Israël parce que nous n’avons pas participé à quoi que ce soit visant à établir l’état sioniste et son gouvernement « . « Peu importe que l’état soit dirigé par un chef religieux ou laïque, le problème, c’est l’état appelé Israël », a-t-il ajouté. « Cela signifie-t-il que Satmar se tient au coté des Arabes ? « , ont demandés les frères Al-Kassab, « notre opposition à Israël n’est pas due à des considérations politiques, mais à une interdiction biblique de fonder un état Juif sur la terre d’Israël avant les temps messianques », a expliqué le Rabbi. « L’état d’Israël est en grande contradiction avec la religion juive et avec nos vrais espoirs. Donc, même si le jour vient où les israéliens signent un accord de paix avec le monde arabe, notre opposition à Israël restera la même ».

Les frères ont dit qu’ils avaient grandi à Damas sans aucune haine des Juifs, « nous avons toujours prêché seulement contre les sionistes et l’état d’Israël, à Damas nous avions eu une bonne relation avec nos voisins juifs », et le rabbi d’ajouter « oui, le sionisme est une organisation politique et il faut expliquer à tout le monde, quelle est la différence entre les juifs et les sionistes ».

A la fin de la conversation , qui s’est tenue dans une bonne atmosphère, ils se sont séparés en se saluant chaleureusement.

La téléréalité inspire les loubavitch

pabm

La star de la téléréalité, Paula Abdul

On sait les Loubavitch très friands d’exposition médiatique, et bien que leurs rabbins aient demandé de faire un usage modéré des nouvelles technologies, ceux-ci semblent à contrario assez téléphage.

Si les médias israéliens se sont pâmés à l’annonce de la venue de Paula Abdul en terre sainte, afin de fêter sa bat-mitzvah (c’est pas à 12 ans ct’affaire là?), ils ont surement été surpris d’apprendre que l’ancienne danseuse et chanteuse américaine, co-animatrice de x-factor (sorte de télé-crochet aussi ennuyeux que vulgaire), avait célébrée son passage symbolique à l’âge adulte avec un rav habad de la ville de Tsfat, Eyal Riess. Contrairement à ce que son nom laisserait supposer, Paula Abdul est d’origine judéo-syrienne par son père, et ashkénaze par sa mère.

Inutile de s’attarder sur les détails des cinq heures (sic) qu’a durée la cérémonie, « Mme Abdul a certainement une néshama (âme) juive pur qui cherche une véritable et significative spiritualité juive » a déclaré le rabbin louba; maintenant qu’elle n’est plus une enfant, il ne reste plus aux Loubavitch qu’à l’inviter l’année prochaine à présenter le très couru kinous hashlouchim, le Woodstock annuel de tous les missionnaires et envoyés habad de par le monde, à New-York.

Ce grand rassemblement qui dure plusieurs jours, dont la grande fête finale s’est déroulé dimanche dernier, est aussi l’occasion de conférence et d’ateliers pratiques, sur comment réussir au mieux sa mission. C’est à nouveau inspiré d’une célèbre émission de téléréalité américaine,  Shark Tank, que nos animateurs Loubavitch ont organisés un concours.

Kinous_show

Shark Tank est une émission où des candidats entrepreneurs viennent présenter à un jury de professionnels un projet de business, l’heureux vainqueur se voyant financé son projet. Sur ce même mode, cinq candidats ont été choisis pour défendre un projet, et tenter de repartir avec 10000$ pour son financement. Cinq candidats pour cinq projets pas très folichons, le vainqueur ayant proposé le « Bar Mitzvah Discovery Course », un programme sur mesure pour mieux enseigner aux enfants de 12 et 13 ans, avec des leçons, des jeux, des histoires, des cartes de bienvenue, etc.

Habad s’étend, les idées fleurissent, les projets abondent, mais à trop vouloir faire le grand écart, ça risque de craquer à un endroit pas souhaitable.

Sur ce, nous vous laissons en musique avec 4000 teufeurs loubas, qui ont animés dimanche dernier, la plus grosse rave hassidic party de New-York.

Musulman ET misnagued

sans-titre

Mohamed El-Khattab plaide coupable dans le procès qui lui est intenté pour incitation à la violence envers des juifs et des bâtiments juifs. El-Khattab a cette particularité d’être né, il y a 45 ans, Joseph Cohen à Atlantic City dans le New-Jersey, et de posséder la double nationalité israélo-américaine. C’est au travers de son site internet (depuis fermé), appelant à la révolution islamique, que Joseph-Mohamed, et quelques compagnons de djihad, ont appelé à s’en prendre à des juifs jusque dans leurs maisons. Il lui est reproché également d’avoir posté en ligne des plans du 770 et des institutions Loubavitch de Brooklyn, afin disait-il de faire « tout ce qui est possible pour leur enseigner le message de l’Islam, ou bien de leur laisser un message islamique ». Cohen-El Khattab risque 5 ans de prisons ferme. A sa décharge, il faudrait que le procureur comprenne, que tout convertit à l’islam soit-il, cette homme apparemment en pleine confusion mentale, avait simplement gardé quelques reflexes anti-Loubavitch.

Il instruisit les foules et guérit les malades

Par égards pour mes amis habad, je m’abstiendrai de commentaires; libre à vous d’en penser ce que vous voulez.

Un survivant fait ses débuts sur scène avec Yo-Yo Ma

Yo Yo Ma

Yo Yo Ma

A 90 ans, un survivant de l’Holocauste a fait ses débuts sur scène avec le célèbre violoncelliste Yo- Yo Ma, mardi, au profit d’une fondation dédiée à la préservation des œuvres d’artistes et de musiciens tués par les nazis.
Ils jouaient de la musique composée il y a 70 ans, lorsque George Horner, un médecin à la retraite qui vit près de Philadelphie, était incarcéré à Terezin.

Mardi, Horner a joué deux des œuvres solo de Carl Svenk, un autre détenu, une marche et une berceuse, puis en duo avec Yo-Yo Ma pour une troisième pièce intitulé « Comment se fait-il que l’homme noir soit assis au fond du bus? ».
Svenk n’a pas survécu au génocide, mais son héritage musical a été retrouvé et préservé par Ludwig, un spécialiste des compositeurs de Terezin, et Horner, qui n’a jamais oublié les chansons qui ont été écrites et jouées en captivité.

« Pour moi, George Horner est un immense héros, et est une source d’inspiration énorme », a déclaré Ma.
Horner avait 21 ans quand il a été libéré par les soldats alliés en 1945 après avoir été emprisonné à Terezin, Auschwitz et Buchenwald. Ses parents et sa sœur ont péri dans les camps.

Le rabbinat pour tous

Deborah_Waxman

Le Reconstructionist Rabbinical College, du mouvement reconstructionniste, émanation du judaïsme conservative américain, qui regroupe près d’une centaine de synagogues, a élu son nouveau président. Il s’agit en réalité d’une présidente, le rabbin Déborah Waxman, qui est la première femme a occuper ce poste dans l’histoire du mouvement, mais également la première lesbienne, puisqu’elle partage sa vie avec Christine Ager, convertie au judaïsme reconstructionniste. Comme nous l’avions déjà mentionné dans un précédent article, les mouvements libéraux de par le monde arrivent doucement, mais surement, au bout de leurs logique, et finiront par disparaitre, ou se fondre dans une forme de spiritualisme sans saveurs, voir dans l’antijudaïsme.

Pince monseigneur pour soirée portes ouvertes au 770

Le site internet d’information loubavitch, Shturem, a publié une vidéo montrant de jeunes loubavitch messianistes, crochetant les serrures de deux portes du fameux 770 à Brooklyn, le soir du premier seder de pessah -donc en plein yom tov– dans le seul but d’y entrer et danser.
Bien qu’un stage de serrurerie eut été utile à ses jeunes bahourim, ils parvinrent à leurs fin, ouvrant non pas la mer rouge, mais les portes du saint des saints habad.

Philip Berg a rejoint le monde de atsilout

berg

Madonna, Demi moore, Ashton Kutcher, qu’ont-ils en commun? Ils ont été les adeptes du « rabbin » Philip Berg, de son vrai prénom Shraga, fondateur et GO du centre de la kabbale, sorte de temple new-age à la sauce pseudo-mystique juive.
Celui-ci vient de décéder à Los-Angeles à l’age de 86 ans, et sera enterré dans la très kabbalistique ville de Safed (tsfat) en terre sainte.
Élevé dans une famille juive orthodoxe de Brooklyn, Berg a monté, depuis 1969, une vaste réseau mondial de centres de la kabbale, de Los-Angeles à Tel-Aviv, en passant par Paris et Dubaï. Il avait fait de la kabbale un enseignement à la sauce néo 70’s, sur le développement personnel, la sexualité épanouie, et le compte en banque bien garni. Son fils Yehouda lui succédera probablement comme nouvel admour de cette vaste fumisterie tellement américaine.

%d blogueurs aiment cette page :