Tzimelblog

Accueil » Actualité » Ta grand-mère est une shiktze

Ta grand-mère est une shiktze

sokolka_zelmans

Au cours des 15 dernières années, les généticiens ont identifié des liens entre les différentes communautés juives du monde qui pointent vers une ascendance commune ainsi qu’une religion commune. Pourtant, l’origine de l’une des populations juives les plus importantes, les Ashkénazes d’Europe centrale et orientale, est restée un mystère.
Une nouvelle analyse génétique tend à démontrer que la communauté juive de l’empire romain est la source possible des ancêtres des juifs ashkénazes.
La recherche démontre que les femmes qui ont été présentes au début des fondations des communautés juives ashkénaze de l’Europe n’étaient pas du Proche-Orient, comme on le supposait auparavant, et renforce l’idée que beaucoup de communautés juives en dehors d’Israël ont été fondées par des hommes célibataires qui se sont mariées avec des femmes, converties, locales.
L’étude, publiée mardi dans la revue Nature, est basée sur une analyse génétique des lignées maternelles. Une équipe dirigée par Martin B. Richards de l’Université de Huddersfield en Angleterre a permis ce nouveau regard sur les lignées ashkénazes, en décodant l’ensemble des génomes mitochondriaux de personnes en provenance d’Europe et du Proche-Orient.
 » Ainsi, la grande majorité des lignées maternelles ashkénazes ne proviennent pas du Levant, comme le croit communément » concluent dans leur étude le Docteur Richards et ses collègues. Les chercheurs estiment qu’au total, au moins 80 pour cent de l’origine féminine des Ashkénazes provient de femmes « indigènes » d’Europe , et 8 pour cent du Proche-Orient, et le reste d’origine incertaine.
Le Dr Richards estime qu’une importante communauté juive florissante à Rome à cette époque comprenaient de nombreux convertis. Cette communauté aurait pu être à l’origine des deux grandes communautés d’Europe, ashkénaze et des séfarades d’Espagne et du Portugal, étant donné que les deux groupes ont des points communs génétique considérable.
Doron Behar de la société Gene by Gene, basée à Houston, a déclaré qu’il n’était pas d’accord avec les conclusions du Dr Richards, mais a refusé d’en expliquer ses raisons, disant qu’ils devaient paraître en premier lieu dans une revue scientifique.
David Goldstein, un généticien de l’Université de Duke, a déclaré la nouvelle analyse avait été bien faite, mais que l’estimation de 80 pour cent d’origine européenne pour les lignées maternelles ashkénazes n’était pas statistiquement justifiées, étant donné que les lignées d’ADN mitochondrial montent et descendent de façon aléatoire.
L’explosion de nombre d’individus juifs ashkénazes entre le haut moyen-âge et le début du XXè siècle, a toujours suscité l’étonnement et la curiosité des scientifiques, historiens et démographes, voyant dans les conversions massives au judaïsme dans l’empire romain, comme une des explications probable pour justifier, les aléas démographique de la croissance du peuple juif d’Europe.

Publicités

Commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Archives

%d blogueurs aiment cette page :